Comment connaître le régime fiscal d’une entreprise ?

Les méthodes d’imposition des bénéfices de l’entreprise dépendent de la forme juridique choisie, en amont, par le promoteur du projet. Ainsi, certaines formes juridiques sont soumises à l’impôt sur le revenu (IR), d’autres à l’impôt sur les sociétés (IS), dont le niveau d’imposition et les principes de calcul sont totalement différents.

Fiscalité des bénéfices

Principes d’imposition des bénéfices

Les méthodes d’imposition des bénéfices de l’entreprise dépendent de la forme juridique choisie, en amont, par le promoteur du projet. Ainsi, certaines formes juridiques sont soumises, de plein droit :

A découvrir également : Comment calculer le TAEG d'un prêt immobilier ?

  • impôt sur le revenu (IR),
  • autres, impôt sur les sociétés (IS).

Cependant, dans certains cas, il existe des options possibles mais irrévocables qui permettent de choisir un régime fiscal différent, sous réserve de certaines conditions. Par exemple, un EIRL soumis à l’IR de plein droit peut, s’il le souhaite, opter pour l’IS.

Quel régime fiscal pour quelle forme juridique ?

A voir aussi : Comment savoir combien emprunter pour une maison ?

Impôt sur le revenu (IR)

Toutes les semelles les entreprises individuelles ainsi que les EIRL, quel que soit le régime fiscal choisi (micro-entreprise, réel simplifié ou réel normal), sont soumis à l’impôt sur le revenu. actifs personnels et professionnels de l’opérateur sont confondus. En outre, les bénéfices de l’entreprise seront imposés au niveau du En effet, sous ces formes juridiques, les foyer fiscal du dirigeant. Le bénéfice imposable est soumis à l’impôt de :

  • Industrial and Commercial Benefits (BIC), si l’activité commerciale est industrielle, commerciale ou artisanale,
  • Bénéfices non commerciaux (B.N.C), si l’activité est libérale.

Impôt sur le revenu (IR) Le bénéfice imposable de l’entreprise est ajouté aux autres revenus de l’opérateur :

  • allocations de centre pour l’emploi,
  • les salaires du conjoint,
  • revenu foncier,…

Ainsi, ce sont tous les revenus qui seront soumis à l’impôt progressif sur le revenu échelle . perte, elle peut être imputée sur le revenu global du dirigeant Si l’entreprise est à et compenser tout ou partie de ces revenus.

Calendrier d’impôt sur le revenu 2018

Les tranches de revenus Taux d’imposition
Jusqu’à 9,806€ 0 %
de 9,807€ à 27,085€ 14 %
de 27,086€ à 72,616€ 30 %
de 72,617€ à 153 783€ 41 %
Plus de 152 783€ 45 %

* Pour une part du quotient familial où :— R représente un revenu imposable ,— Non, le nombre d’actions dans le ménage fiscal.

Exemple de calcul de l’impôt sur le revenu (IR)

Une entreprise soumise à l’IR a obtenu un B.I.C de 34.000€.

Quel sera le montant de l’impôt sur le revenu à payer dans les deux cas suivants :

  • Cas 1 : l’opérateur est célibataire , sans enfants.
  • Cas 2 : l’agriculteur est marié , sans enfants.

Remarque : dans deux cas, il n’y a aucun autre revenu.

Cas 1 — Calcul du RI pour un seul entrepreneur sans enfants

  • R 34.000€
  • Partie N 1 (simple)
  • Quotient familial R/N = 34 000€
  • Ce revenu se situe entre 27 086€ et 72 616€, avec un taux marginal d’imposition de 30 %.
  • L’impôt à payer est :

(34 000 x 0,30) — (5 706,74 x 1) ou 4 493€.

Cas 2 — Calcul du RI pour un entrepreneur marié sans enfants

  • R 34.000€
  • N 2 pièces (si marié)
  • Quotient familial R/N = 17 000€
  • Ce revenu se situe entre 9 807€ et 27 085€, avec un taux d’imposition marginal de 14 %.
  • L’impôt à payer est :

(34 000 x 0,14) — (1 372,98 x 2) ou 2 014€ .

Conclusion : la situation familiale du responsable influe sur le montant de l’impôt sur le revenu à payer.

Le centre de gestion accréditée (CGA)

Qu’est-ce qu’un CGA ?

Toute entreprise qui déclare ses bénéfices industriels et commerciaux (B.I.C) soumis à l’impôt sur le revenu peut adhérer à un centre de gestion accumulée (C.G.A), qui fournit une assistance à la gestion. En effet, la CGA :

  • fournit à ses membres un rapport de gestion analysant la situation financière de l’entreprise,
  • vérifier la cohérence et la plausibilité des déclarations fiscales qui lui sont communiquées, notamment en ce qui concerne la TVA et les bénéfices,
  • préparer un rapport de mission , transmis aux membres, ainsi qu’à l’administration fiscale.

Cette adhésion, qui paie annuellement, évite l’augmentation du bénéfice imposable de 25 %janvier 2015, les membres de la CGA ne bénéficient plus de la « période de reprise ». Depuis limitée à deux ans, dans les cas de contrôle fiscal.

La période de récupération est la durée pendant laquelle l’administration fiscale peut exercer son pouvoir de réorganisation.

Elle est désormais la même pour toutes les entreprises, qu’elles soient membres d’une CGA ou non , et reste fixée à trois ans.

Une entreprise soumise à l’IR a obtenu un B.I.C de 26 000€ .

Quel sera le montant de l’impôt sur le revenu à payer dans les deux cas suivants :

  • Cas 1  : la société a rejoint le C.G.A
  • Cas 2 : la société n’a pas adhéré à la C.G.A

Remarque : Dans les deux cas, l’opérateur est unique, sans enfant.

Impôt à payer avec ou sans C.G.A ?

Impôt sur les sociétés (IS)

Toutes les SARL « pluripersonnelles », SAS ainsi que SASU, sont automatiquement soumises à l’impôt sur les sociétés (IS).

Contrairement aux structures juridiques soumises au RI, la totalité de la rémunération versée au directeur peut être déduite, afin de déterminer le bénéfice imposablerésultat fiscal de la société. Le de l’entreprise est imposé, indépendamment, sans tenir compte :

  • la situation personnelle du responsable,
  • de ses autres revenus.

Il existe donc trois niveaux d’imposition dans ce type de structure juridique :

  1. La société paie l’impôt sur les sociétés (IS), basé sur le bénéfice fiscal, déterminé dans les documents financiers de la société.
  2. La rémunération effectivement perçue par le responsable est ajoutée aux autres revenus du ménage fiscal et est imposée à l’impôt sur le revenu (IR).
  3. Si l’entreprise distribue des dividendes, associés, dirigeants ou non, devront les déclarer à l’impôt sur le revenu (IR).

Calendrier fiscal des sociétés 2018

* pour 12 mois d’activité. Le capital social doit être totalement « libéré », c’est-à-dire payé et détenu à plus de 75 % par des personnes physiques.

Exemple de calcul de l’IS

Une entreprise, soumise à IS, a obtenu un résultat imposable de 50 000€, pour 12 mois d’activité.

Son chiffre d’affaires est de 380 000€ excl. CUVE.

Quel sera le montant de l’impôt sur le revenu à payer ?

Comparaison IR — IS

5 / 5 ( 1 vote )

Immo