Quelle chaussure pour randonnée neige ?

Instable, glissant, humide, froid… La neige n’est pas une surface sur laquelle on se déplace facilement. Vous avez donc besoin de chaussures spécifiques pour faire de la randonnée dans la neige ? Dans certains cas, oui. Il vaudra mieux porter des chaussures de randonnée conçues pour la pratique hivernale. Mais nous verrons que ce n’est pas toujours nécessaire. Parfois, de simples petites dispositions sur vos chaussures de marche habituelles peuvent vous permettre de profiter de belles randonnées dans la neige, y compris en raquettes .

A lire en complément : Pourquoi je m'ennuie ?

Avez-vous besoin de chaussures spécifiques pour faire de la randonnée dans la neige ?

Si vous n’avez pas l’intention de faire de la randonnée souvent dans la neige, vous vous demandez probablement si cela vaut la peine d’investir dans des chaussures spécifiques  ? L’achat de chaussures pour la randonnée hivernale peut représenter un certain coût (financier et écologique), il est normal que vous vous posiez la question.

S’il s’agit de faire de la randonnée dans la neige une ou deux fois par an et de faire des sorties plutôt faciles, je pense que l’achat de chaussures dédiées n’est pas nécessairement nécessaire. Vous pouvez porter vos chaussures de randonnée habituelles, même si cela signifie apporter quelques « améliorations » pour les rendre « plus chaudes » ou plus imperméables .

Lire également : Comment faire un origami en cœur ?

Par « sorties faciles », je veux dire :

  • pas de fortes pluies ou de neige ;
  • pas de températures trop froides ;
  • randonnées d’une demi-journée ou d’une journée complète ;
  • dénivelé raisonnable ;
  • pas de difficultés techniques majeures.

Note : Je vais vous expliquer un peu plus loin dans cet article comment adapter vos chaussures de randonnée normales aux conditions hivernales.

Par contre, dès que l’on souhaite faire des randonnées sur neige plus fréquentes ou plus exigeantes, porter des chaussures appropriées me semble sage . Cela est particulièrement vrai pour les randonnées de plusieurs jours. En effet, pour votre confort, mais aussi pour votre sécurité, vous ne pouvez pas risquer d’avoir des chaussures qui absorbent l’humidité par exemple, car vous aurez toutes les difficultés du monde pour les sécher en bivouac et même dans un abri (surtout si il n’y a pas de cuisinière).

Chaussures de randonnée dans la neige ou en raquettes : les caractéristiques importantes

Les caractéristiques essentielles à prendre en compte

La hauteur de la tige

Quoi de plus désagréable que de faire de la randonnée avec les pieds gelés et trempés par la neige ? Pour éviter cela, le mieux est d’opter pour des chaussures hautes afin que la neige ne puisse pas s’infiltrer par le haut .

L’autre avantage des chaussures montantes est le soutien supplémentaire au niveau de la cheville qui peut vous éviter d’éventuelles blessures. En effet, la neige masque souvent des terrains accidentés, des pierres, des branches ou de vieilles pistes gelées sur lesquelles vous risquez de vous tordre la cheville.

L’autre côté de la médaille est que les chaussures hautes sont souvent plus lourdes et ne permettent pas toujours au pied de rouler aussi doucement que les chaussures de marche basses. Cependant, vous pouvez trouver un compromis intéressant avec les modèles à arbres moyens ( moyens).

👉 Bottes spécifiques pour la randonnée dans la neige sont souvent hautes ou très hautes et peuvent même avoir des guêtres intégrées.

Imperméabilité

Pour marcher dans la neige, il est préférable de porter des chaussures (vraiment) imperméables. Quand je parle de chaussures imperméables, cela signifie qu’elles ont une membrane, comme le Gore-Tex, qui empêche l’eau de pénétrer à l’intérieur .

Il existe d’autres méthodes d’imperméabilisation des textiles (par des traitements, comme le revêtement par exemple) mais ces procédés sont moins efficaces et moins durables dans le temps.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’imperméabilisation, je vous invite à lire cet article : Apprendre à lire les chiffres pour ne pas entrer dans l’eau : ou comment choisir un équipement de randonnée imperméable ?

Les membranes imperméables et respirantes sont également très utiles pour évacuer l’humidité liée à la transpiration et ainsi garder vos pieds au sec. S’il est vrai que la transpiration est moins facile lorsqu’il fait froid, elle peut tout de même être utile en cas de grand effort.

Sachez que le Gore-Tex n’est pas le seul à proposer des membranes imperméables et respirantes pour équiper les chaussures. Certains fabricants ont développé leur propre technologie dans ce domaine, comme Salomon et sa membrane ClimaSalomon WP. Si vous ne voyez pas la mention Gore-Tex dans les caractéristiques de vos chaussures de marche, surveillez bien si elles n’ont pas d’autre membrane.

Il faut également savoir que toutes les membranes d’une même marque ne sont pas équivalentes . Par exemple, Gore-Tex possède différentes membranes et l’une ou l’autre sera choisie en fonction des produits : une membrane plus imperméable (mais souvent moins respirante) pour les produits censés être robustes et imperméables dans toutes les conditions (par exemple, les chaussures de randonnée) et une membrane plus respirante (mais moins imperméable) membrane pour les produits plus conçus pour les activités intenses mais courtes (ex : chaussures de trail). Ainsi, certaines chaussures à membrane Gore-Tex seront imperméables pendant 2 à 3 heures dans certaines conditions, tandis que d’autres être imperméable à l’eau pendant toute une journée.

Il est également important de savoir que l’imperméabilité diminue au cours de la durée de vie des chaussures, et c’est encore plus le cas pour les chaussures légères que pour les chaussures robustes. En particulier, les membranes ont tendance à être endommagées dans les plis de la chaussure.

👉 Les chaussures spécifiques à la randonnée dans la neige sont souvent très imperméables même si cela implique un compromis sur la respirabilité. Notez que certaines chaussures spécifiques pour les temps extrêmement froids sont carrément imperméables, avec une excellente imperméabilité et une respirabilité presque nulle.

Un point important Les conditions d’enneigement et la température extérieure jouent un rôle très important dans le « besoin d’imperméabilité ». Par exemple, lorsque vous marchez dans la neige froide et que la température extérieure est négative, vous ne prendrez pas d’eau même avec des chaussures peu imperméabilisantes. Par contre, dans la neige mouillée ou mouillée et par température positive, elle sera directement sanctionnée par les pieds mouillés.

Isolation thermique

Allez, passons par quelques portes ouvertes : la neige n’est pas seulement mouillée, elle fait aussi froid ! 😉 Vous l’aurez compris, il faut donc porter une attention particulière à l’isolation thermique offerte par vos chaussures de marche.

L’ isolation thermique est la capacité de vos chaussures à maintenir la chaleur dégagée par vos pieds. En général, plus la chaussure est aérée, basse et fine, moins l’isolation thermique sera grande.

Pour trouver le bon « niveau de chaleur » signifie que plusieurs facteurs doivent être pris en compte :

  • les conditions extérieures (notamment la température) ;
  • l’intensité de l’effort attendu ;
  • votre niveau de frissons ;
  • les chaussettes utilisées.

Si vous optez pour des chaussures qui ne sont pas suffisamment isolées, vous aurez très rapidement froid aux pieds et, en les cas les plus extrêmes, même le risque d’engelures . Par contre, si vous choisissez des chaussures trop « chaudes », c’est l’échauffement et les ampoules qui sont à l’affût. C’est donc à vous de trouver le bon compromis.

👉 Les chaussures spécifiques à la randonnée dans la neige ont généralement une doublure plus épaisse ou plus fine pour les isoler du froid.

Adhésion

Vous savez sûrement que les pneus d’hiver pour voitures vous permettent d’avoir une meilleure adhérence par temps froid et sur neige que les pneus d’été. Eh bien, il en va de même pour les semelles des chaussures de randonnée. Les chaussures de randonnée « classiques » ont des semelles polyvalentes plutôt pour une utilisation 3 saisons (printemps, été, automne). 👉 Et les chaussures spécifiques pour la randonnée dans la neige ont généralement une semelle extérieure faite de matériaux qui seront performants en hiver (froid, neige, glace…).

Le crochet

Enfin, et non des moindres, point auquel une attention particulière doit être portée aux chaussures de randonnée d’hiver : adhérence. La neige est un surface glissante sur laquelle les supports sont plus aléatoires. Il est donc nécessaire de disposer de semelles extérieures équipées de crampons relativement profonds . Cela vous permettra d’évoluer plus facilement sur certains types de neige. Bien sûr, en poudre profonde, cela ne changera pas grand-chose. Ici, seules les raquettes vous permettront d’avancer sans (trop) de soucis.

👉 Les chaussures spécifiques pour la randonnée dans la neige ont généralement des crampons profonds.

Raquettes à neige : avez-vous besoin de chaussures spéciales ?

Pour faire de la randonnée en raquettes, il est recommandé d’avoir des chaussures qui répondent aux critères mentionnés au paragraphe précédent, mais avec quelques petites spécificités complémentaires.

La rigidité de la semelle

Il est préférable de porter des chaussures à semelle assez rigide . En effet, avec la plupart des raquettes, vos pieds sont attachés à une structure rigide et votre foulée n’est pas vraiment libre. Cela fonctionnera sans souci avec des chaussures souples, mais peut être moins confortable.

Notez que il existe certains modèles de raquettes à neige à structure souple censée accompagner davantage le déroulement du pied.

La robustesse des chaussures

la même manière, les chaussures plus robustes De que légères et fragiles sont meilleures, surtout pour un usage fréquent. En effet, les raquettes peuvent créer un certain frottement sur la tige des chaussures aux points de contact et les détériorer à long terme. Il est à noter que cela dépend encore beaucoup de la construction des raquettes et des chaussures.

Moins d’importance de l’adhérence et de l’adhérence

adhérence et l’adhérence seront des facteurs moins importants L’ dans le choix de vos chaussures. Elles seront simplement fournies par des raquettes, et non par vos semelles.

Mais attention, si vous devez effectuer des tronçons de parcours sans vos raquettes (parce qu’il n’y a pas assez de neige par exemple ou pour les parties bâclées où vous pouvez être plus confortable sans raquettes), une bonne adhérence et une bonne adhérence redeviennent nécessaires. Et ce ne sont pas rares situations. Je vous conseille également de toujours essayer d’anticiper en vérifiant les conditions de neige et de neige avant de partir.

Note : Je vous invite à lire cet article sur le Bulletin d’estimation des risques d’avalanche (BERA) qui vous aidera à interpréter les informations météorologiques sur la neige en montagne.

Systèmes spécifiques pour fixer les raquettes à neige

Certains fabricants de raquettes proposent également des modèles de chaussures spécifiques. Elles sont conçues pour être 100 % compatibles avec les fixations de raquettes . C’est le cas, par exemple, de HSL et de sa technologie Step-In. Ici, un système permettant de faire le lien avec la raquette est directement intégré à la semelle de certains de ses modèles de chaussures.

Exemple de système Step-In intégré aux semelles des chaussures TSL Randonnée dans la neige avec vos chaussures de randonnée habituelles

Avantages et inconvénients des chaussures de randonnée spécifiques à la neige

La randonnée dans la neige avec des bottes spécialement conçues pour la randonnée hivernale a quelques avantages :

  • vous aurez moins froid aux pieds, surtout pendant les pauses ;
  • vous pourrez garder vos pieds au sec plus facilement ;
  • le soutien garanti par la tige montante stabilisera votre pied ;
  • vous bénéficierez d’une meilleure adhérence et une meilleure adhérence et évoluera donc plus facilement sur la neige.

Cependant, ces chaussures ne présentent pas que des avantages :

  • ils sont fournis à un certain coût ;
  • vous ne pouvez les utiliser qu’en hiver.

Si vous ne voulez pas investir dans une paire de chaussures de marche juste pour l’hiver, il existe une autre option : adapter vos chaussures de randonnée habituelles aux conditions hivernales .

3 conseils pour adapter vos chaussures de marche à la randonnée dans la neige

La première chose à faire pour pouvoir utiliser vos chaussures habituelles dans la neige est de les rendre plus imperméables .

1. Renforcer leur imperméabilisation

Pour cela, vous pouvez porter des guêtres de randonnée imperméables (et parfois respirantes, selon le modèle) et empêchant la neige de pénétrer dans vos chaussures Guêtres (et surpantalons) . Notez que les guêtres ne couvrent pas complètement les chaussures et ne compensent que partiellement le manque de chaussures imperméables.

Si vous devez traverser des zones où la neige est très profonde, optez pour des guêtres hautes qui empêcheront la neige de s’infiltrer par le haut de vos chaussures. Il est également possible d’utiliser des survêtements imperméables et de serrer fermement le bas du pantalon autour de la tige de la chaussure.

Sacs en plastique Sinon, certaines personnes utilisent des sacs en plastique comme guêtres. Bien que cette solution soit très économique, elle reste précaire. Je le recommande uniquement pour le « dépannage » si vous n’avez pas d’autre choix. Par contre, je l’ai déjà utilisé avec succès pour des randonnées en raquettes à neige. Mettez simplement votre chaussure dans un sac en plastique (robuste) puis enfilez la raquette (un élastique est pratique pour maintenir le haut du sac sur votre jambe). En revanche, il faut faire un croisement sur la respirabilité. Idem pour la deuxième alternative qui consiste à mettre un sac en plastique entre vos chaussettes et vos chaussures (le deuxième inconvénient est qu’il glisse).

Dans les options moins « hack », nous avons les chaussettes imperméables et respirantes Chaussettes imperméables et respirantes qui vous permettent d’avoir une barrière plus ou moins imperméable (selon les chaussettes) entre le pied et la chaussure. Ces chaussettes sont dotées d’une membrane imperméable et respirante, comme des chaussures ou des vestes imperméables.

Sprays « imperméabilisants »

Il existe également des sprays « imperméabilisants » (qui devraient plutôt être appelés « hydrofuges ») que vous pouvez appliquer directement sur vos chaussures.

Cependant, la valeur de ces sprays est assez limitée. La protection qu’ils offrent n’est généralement pas suffisante pour randonnée dans la neige, peu durable, et de plus, leur composition laisse beaucoup à désirer (ils contiennent de nombreux polluants).

Remarque : je parle ici des produits imperméabilisants les plus courants, que l’on trouve dans tous les magasins. Si vous connaissez des produits peu polluants, je vous invite à les partager avec moi dans les commentaires. Par exemple, je sais que la cire d’abeille possède un pouvoir imperméabilisant. Cependant, je ne sais pas si ce produit peut être appliqué sur tous les matériaux et textiles, et donc sur les chaussures de randonnée (et sans « tuer » la respirabilité). Si vous avez des commentaires à ce sujet, je suis preneur 😊

Un petit conseil pour terminer : si vous avez des doutes quant à l’imperméabilité de votre système, cela vaut la peine d’apporter une autre paire de chaussettes Chaussettes de rechange pour votre randonnée. Bien que ce ne soit pas miraculeux, si votre première paire reçoit un peu d’eau, cela vous permettra de garder vos pieds un peu plus secs ou de retarder le moment où ils sont mouillés.

2. Améliore la prise en main et l’adhérence du semelles

Pour améliorer l’adhérence et/ou l’adhérence sur la neige de vos chaussures de marche habituelles, vous avez le choix entre deux systèmes amovibles :

  • crampons de marche ;
  • semelles antidérapantes.

Plusieurs marques ont développé des crampons polyvalents Sursemelles ou crampons de marche : c’est à vous de choisir en fonction de votre pratique qui peuvent être utilisés à la fois pour la marche et pour d’autres activités telles que le trail running. Ils sont plus petits, plus légers et plus minimalistes que les crampons d’alpinisme. Les pointes sont courtes et réparties sur le dessous du pied (généralement au niveau de la partie avant, parfois aussi sous le talon). Contrairement aux crampons d’alpinisme, il n’y a pas de pointes au niveau des orteils et ils ne nécessitent pas de chaussures avec surbords. Les pointes sont fixées à vos chaussures par des sangles en silicone.

Sursemelles, sur d’autre part, ce sont des appareils qui peuvent être mis sous les chaussures. Il existe plusieurs systèmes :

  • bandes de caoutchouc (avec micro-embouts en acier inoxydable) ;
  • filets à mettre sur la chaussure (leur maille sous la semelle fonctionne comme des chaînes sur les pneus de voiture).

Le gros avantage des crampons ou autres dispositifs antidérapants est qu’ils sont relativement légers et peuvent être facilement mis en place. Vous pouvez donc les enfiler et les enlever facilement en randonnée selon vos besoins.

Il faut savoir que l’adhérence des crampons est meilleure que celle des autres systèmes (sur les semelles ou les filets). Ils sont donc à privilégier si vous vous déplacez sur un terrain difficile ou en cas de différence d’altitude assez importante. Cependant, il convient de garder à l’esprit que ce sont toujours des crampons de randonnée qui ne conviennent pas du tout à la pratique de l’alpinisme.

3. Compensation du manque d’isolation thermique

Pour commencer, je veux le faire Il est clair qu’il est important de garder vos pieds aussi secs que possible afin qu’ils ne refroidissent pas.

Le réflexe logique pour se réchauffer dans vos chaussures de randonnée est d’opter pour des chaussettes épaisses (en laine mérinos par exemple). Il fonctionne bien, et je le recommande, mais il faut faire attention à ce qu’il ne comprime pas les pieds – auquel cas cela peut avoir l’effet inverse.

Sachez que vous pouvez également améliorer la conservation de la chaleur avec des semelles thermiques. Ces derniers ont généralement une couche d’aluminium qui agit comme un réflecteur de chaleur. Ils peuvent être doublés d’une couche polaire pour plus de confort.

Il existe également des semelles en laine à la fois chaudes et respirantes. Cependant, ces versions sont plus chères que les synthétiques.

Je pense que vous avez maintenant toutes les clés pour choisir les bonnes chaussures ou pour adapter celles que vous avez déjà pour faire de la randonnée dans la neige.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous rappelle que vous peut toujours télécharger votre guide pour choisir vos chaussures de randonnée en fonction de votre pratique.

Bonnes randonnées hivernales et à bientôt pour d’autres articles !

Loisirs