Quelles sont les aides avec l’AAH ?

Vous recevez l’Allowance for Adults with Disabilities (AAH) et vous vous demandez si vous pouvez combiner cette ressource avec d’autres aides ? Notre article examinera les possibilités de combiner les différentes aides avec l’AAH.

Lire également : Qui paye la cantine en garde alternée ?

L’allocation pour adultes handicapés (AAH)

Rappel

L’allocation pour handicapés adultes est une allocation de solidarité conçue pour fournir aux personnes handicapées un revenu minimum. Cette assistance est fournie sous réserve des critères de handicap, d’âge, de résidence et de ressources. Il est accordé par décision de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

A lire en complément : Puis-je prendre un congé parental en étant au chômage ?

éligibilité

Pour être éligible à l’ allocation pour adultes handicapés, votre taux d’invalidité (qui correspond à une évaluation de votre handicap), évalué par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), est de : — Supérieur ou égal à 80 % — soit entre 50 % et 79 %, et le CDAPH vous reconnaît une restriction substantielle et durable à l’accès à un emploi reconnu par le CDAPH.

Nous parlons d’une restriction importante lorsque vous rencontrez des difficultés importantes pour accéder à un emploi qui ne peuvent être compensées, notamment par des mesures d’adaptation du lieu de travail. Votre restriction est durable tant qu’elle est d’une durée prévisible d’au moins un an à compter de la soumission de votre demande HAA.

Conditions d’âge

Pour recevoir l’ allocation pour adultes handicapés, vous devez être âgé d’au moins 20 ans. Toutefois, si vous n’êtes plus considéré comme dépendant de vos parents pour le paiement des allocations familiales, l’âge minimum est abaissé à 16 ans.

Conditions de résidence

Que vous soyez français ou ressortissant d’un autre pays de l’Union européenne, vous devez résider en France de façon permanente (comprenez : plus de 6 mois par an sur le territoire, et votre résidence principale est située en France). Si si vous êtes ressortissant d’un autre pays, vous pouvez également percevoir l’ AAH. Pour ce faire, vous devez résider en France de façon permanente et vous devez être dans une situation régulière.

Avantages sociaux

L’AAH ouvre de nombreux avantages sociaux : téléphonie, transport, impôts sur le revenu, santé… Les différentes aides et cumuls

En tant que personne handicapée, vous avez droit à plusieurs aides qui peuvent ou non être combinées avec l’AAH.

Zoomez sur ces différents appareils :

Ressources supplémentaires : 179,31€ par mois

En tant que bénéficiaire de l’allocation pour handicapés adultes (AAH), vous pouvez bénéficier de suppléments liés à cette allocation. Pour cela, vous devez justifier un taux d’invalidité d’au moins 80 %, justifiant une capacité de travail inférieure à 5 % reconnue par le CDAPH. Fais attention ! Vous ne devez pas avoir atteint l’âge de la retraite et ne pas avoir reçu de revenus de travail depuis au moins un an.

Augmentation pour vie indépendante (MVA) : 104,77€ par mois

Il vous permet de faire face aux dépenses liées à votre handicap (par exemple, adaptation de votre logement). Pour le recevoir, vous devez répondre à des conditions liées notamment à votre logement (bénéficier d’une aide au logement), à votre taux d’invalidité (80 % au moins) et à ne pas vous engager dans une activité professionnelle. Le MVA est automatiquement attribué par le Fonds d’allocations familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA). La limite de la période de paiement est de 10 ans.

Prime d’activité (PA) : montant dépendant du revenu

Si vous exercez une activité professionnelle (salarié ou indépendant) ou si vous êtes indemnisé pour chômage de courte durée ou technique et que vos ressources sont modestes, la prime d’activité viendra compléter vos revenus d’activité professionnelle. Vous pouvez combiner pleinement ces deux aides si vous respectez les conditions d’attribution et les plafonds en vigueur.

Retraite : montant dépendant

ressources Vous pouvez combiner AAH et retraite, si votre taux d’invalidité est supérieur à 80 %, au lieu de passer au régime d’allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA). Cette mesure vous permet de simplifier les procédures, car vous n’avez plus à effectuer de transfert de fichiers, ce qui pourrait entraîner une latence entre les deux allocations qui pourrait vous mettre dans une situation « non sécurisée ».

Si votre taux d’invalidité se situe entre 50 % et 79 %, vous ne pouvez pas combiner l’AAH et la retraite. Vous devez vous tourner vers le régime ASPA lorsque vous prenez votre retraite.

Revenu de solidarité active : montant dépendant du revenu

Le revenu de solidarité active (RSA) garantit aux personnes sans ressources un niveau de revenu minimum qui varie en fonction de la composition du ménage. Le RSA est ouvert, sous certaines conditions, aux personnes âgées d’au moins 25 ans et aux jeunes âgés de 18 à 24 ans s’ils sont parents isolés ou ont une certaine durée d’activité professionnelle. Le l’allocation pour adulte handicapé et le revenu de solidarité active ne peuvent pas être complètement combinés. Nous parlons ensuite de cumul partiel. Ainsi, si vous combinez ces deux subventions, le montant du RSA est déduit du montant de l’ AAH que vous recevez.

Revenu professionnel : montant en fonction du salaire

Vous pouvez accumuler l’AAH et les revenus professionnels. Pour les 6 premiers mois, le montant de vos revenus n’est pas pris en compte dans le calcul de vos droits. Cela signifie que vous recevez le montant total de l’AAH. Passé ce délai, votre AAH est réduit en fonction de votre salaire. Toutefois, il n’est pas réduit de l’intégralité de votre salaire, mais selon un taux de réduction établi par le fonds d’allocations familiales (CAF) suivant : ➢ Allocation à 80% pour un salaire inférieur à 456,36€ (brut) : 20 % de vos revenus sont donc pris en compte pour réduire le montant de l’AAH. ➢ Déduction de 40 % pour un salaire supérieur à 456,36€ (brut) : 60 % vos revenus sont donc pris en compte pour réduire le montant de l’AAH.

Pour les travailleurs ordinaires, la CAF détermine le montant de vos droits en fonction de vos déclarations de revenus trimestrielles. CAF tient compte de votre salaire brut auquel il ajoute un abattement.

Pour les travailleurs travaillant à l’ESAT, le salaire est garanti par l’État puisque c’est ce dernier qui le paie. Ce revenu garanti peut également être combiné avec l’AAH si vous respectez les limites en vigueur.

La prestation d’indemnisation des personnes handicapées (PCH) : montant dépendant de la perte d’autonomie

La prestation d’indemnisation des personnes handicapées (PCH) est une aide financière versée par le ministère. Il vous permet de rembourser les dépenses liées à votre perte d’autonomie. Le FCH comprend 5 formes d’aide (humaine, technique, développement de logements, transport, aide spécifique ou exceptionnelle, animal). Son attribution dépend de votre degré d’autonomie, de votre âge, de vos ressources et de votre résidence. Le l’accumulation de l’APH est possible avec l’AAH.

ASI (Supplementary Disability Allowance) : montant maximum de 456,03€ pour une personne seule et de 1 312,50€ pour 2 personnes

Si vous êtes handicapé et que vous n’êtes pas assez âgé pour bénéficier de l’allocation de solidarité pour personnes âgées (ASPA), vous pouvez demander l’ASI. Vous devez être atteint d’un handicap général qui réduit votre capacité à travailler ou à gagner d’au moins 2/3. Les ressources de votre couple ne doivent pas dépasser 1 400 par mois. Pour cela, vos ressources pour les 3 derniers mois sont examinées. Si elles dépassent la limite de ressources, vos ressources des 12 derniers mois sont examinées. L’allocation supplémentaire pour personnes handicapées ne peut pas être combinée à l’allocation pour adultes handicapés. Cependant, il peut être payé simultanément avec le supplément de ressources AAH ou le supplément de vie autonome (MVA). Sophie CALDAGUES, Rédacteur bénévole pour l’AFMH

Famille